Comment vaincre le syndrome de l’imposteur

Le syndrôme de l’imposteur n’est pas à prendre à la légère. C’est un trouble dont souffre beaucoup de salariés, d’indépendants, et d’étudiants de tous horizons et qui peut avoir de graves conséquences sur la carrière professionnelle. Bonne nouvelle, il est possible de le contrer ! Dans cet article, on vous parle du syndrome de l’imposteur en détail, des signes annonciateurs et des solutions pour le vaincre.

imporsteur
impoteur2

Le Syndrome de l’imposteur, kesako ?

Le syndrome de l’imposteur se définit comme le fait de douter de ses propres compétences dans son travail. Une personne atteinte du syndrôme de l’imposteur va penser en permanence qu’elle n’est pas à la hauteur dans son poste ou ses fonctions par rapport aux autres, et en souffrir. Ce sont des salariés ou des entrepreneurs qui ont un manque de confiance en eux plus ou moins marqué, bien qu’ils soient très compétents !

Lorsqu’un professionnel est atteint du syndrôme de l’imposteur, il a l’impression d’être un “imposteur” : une personne qui se fait passer pour ce qu’elle n’est pas. Il aura tendance à penser qu’il n’est pas légitime dans son travail, qu’il est en fait une personne incompétente qui se cache. Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur ne se sentent pas à leur place, se remettent en question constamment, et pensent beaucoup… trop !

Les psychologues du travail ont fait le constat que les personnes plus isolées dans leur travail sont plus à risque : les indépendants, les auto-entrepreneurs, les personnes qui ne travaillent pas en équipe et reçoivent peu de retours positifs sur leur travail. Mais pour déterminer les raisons profondes de ce syndrome, il faudrait se plonger dans le passé de la personne qui en souffre. En effet, ce manque de confiance en soi serait lié à des mécanismes construits dans l’enfance liés à l’éducation. Le syndrome de l’imposteur est souvent un manque de confiance en soi, une remise en doute constante sur ses capacités, et sans aucune raison ! En effet, selon Christelle Petitcolin, écrivaine et psychothérapeute, douter de ses capacités serait même un signe d’intelligence ! Hélas, à force de se dévaloriser, les personnes souffrant du syndrome évoluent bien moins et ont tendance à travailler plus que les autres, allant parfois jusqu’au burn out !

Suis-je concerné par le syndrôme de l’imposteur ?

Selon les experts, le syndrome de l’imposteur n’est pas une maladie ni un trouble psychique, c’est plutôt une expérience temporaire d’une durée qui peut varier de quelques mois à plusieurs années. Près de 70% des salariés sont passés par là, vous n’êtes donc pas le seul !

Faites attention aux signes qui ne trompent pas, pour savoir si vous êtes concerné(e) par le syndrôme de l’imposteur :

  • Si vous êtes à ce poste, c’est que vous avez eu de la chance !
  • Au fond, vous ne pensez pas mériter votre salaire, ni cet avancement !
  • Vous ne vous sentez pas qualifié(e) pour assurer vos fonctions !
  • Vous n’arrivez pas à vous féliciter lorsque vous réussissez quelque chose.
  • Vous avez reçu un compliment ? C’est que l’on cherche à vous rassurer ou vous faire plaisir !
  • Vous êtes perfectionniste, et même trop !

Vous l’aurez compris, le syndrome de l’imposteur est un doute qui se glisse insidieusement dans votre subconscient et peut parasiter votre confiance en vous. Une personne atteinte du syndrome n’attribue jamais ses succès aux bonnes raisons. Ses accomplissements sont toujours liés à des causes extérieures, et jamais à ses qualités professionnelles.

Pour déterminer si vous êtes atteint du syndrome, il existe un petit test appelé l’Échelle de Clance. N’hésitez pas à aller le consulter pour prendre les mesures qui s’imposent !

imposteur3

Comment lutter contre le syndrome de l’imposteur ?

Si une ou plusieurs des affirmations précédentes vous correspondent, vous êtes sûrement concerné(e) par ce syndrôme ! En conséquence, vous vous sentez mal au travail et vous ne savez pas quoi faire. Rassurez-vous, il est possible de lutter contre le syndrome de l’imposteur et de s’en défaire. Nous vous donnons des solutions pour s’en sortir !

Pensez positif

Tout d’abord, un petit travail de coaching s’impose. Il est temps de vous auto-programmer pour valoriser vos qualités et vos points forts, au lieu de vous dévaloriser. Identifiez vos points faibles, ceux qui méritent d’être travaillés. Une solution pour contrer ce phénomène est d’en parler avec votre entourage, et cela peut être suffisant pour vous rassurer.

Il est important de cultiver au quotidien la pensée positive, et d’apprendre à stopper les pensées négatives lorsqu’elles vous envahissent. Non, vous ne faites pas tout mal ! Restez bienveillant envers vous-même ! Transformez chaque pensée négative en pensée positive ou constructive.

Faites-vous accompagner par un pro

Une solution efficace à plus long terme est de se faire accompagner par un thérapeute compétent. Grâce à une thérapie, vous allez identifier vos blocages et les faire sauter, vous allez comprendre les raisons profondes qui vous ont conduit à avoir si peu confiance en vous, et travailler dessus. Penser positif s’apprend ! Votre thérapeute vous aidera à créer une routine de pensée positive et de valorisation de vous-même. Grâce à un petit entraînement personnalisé, vous devriez être capable d’accepter les compliments, d’avoir un retour plus positif sur vous-même et d’arrêter de vous comparer aux autres.

Vous avez des questions sur l’accompagnement ? Vous souhaitez être guidé pour lutter contre le syndrome de l’imposteur et reprendre confiance ? Nous proposons un accompagnement RH tout au long de nos formations : vous rencontrez l’un de nos coachs certifié en RH pour un suivi individualisé où l’on s’assure de votre progression. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur la méthode All-In.

Vous pourriez aimer lire...